37131 Les ADULTES VTT

 Réalisations 2013 calendrier

Les réalisations des 5 dernières années sont consultables sur le site

Pour les retrouver consulter le plan du site

Pour  les réalisations plus anciennes, contacter le webmaster

Réalisations 2013

 

 
 
7 Avril 2013

La CERNAYSIENNE

Nous sommes trois ce dimanche à Cernay : Luc, François Bourbon et ma pomme. Etant préinscrits, c'était obligatoire, le retrait des plaques de cadre s'effectue rapidement. Les -4°C ambiants engagent à vérifier sans tarder la promesse des organisateurs qui assurent que l'on "va vite se réchauffer". La suite confirmera…

 Nous mettons le cap, via quelques "petits détours vallonnés", vers la boucle de Maincourt enrichie cette année d'un passage dans le secteur des "Dix-sept tournant". A vtt, la célèbre côte tourne beaucoup moins que celle bien connue des routiers, mais s'avère beaucoup plus pentue ;-). Après un passage par Champ Romery et sa descente technique qui, si on n'en maîtrise pas la trajectoire finale, risque de se terminer dans un ruisseau, nous abordons le plat de résistance de ce copieux menu : les Vaux de Cernay où s'enchaînent les célèbres montagnes russes et leurs pentes +30 % -30% (et j'arrondis à la baisse !). Le terrain est globalement sec mais parsemé de nombreux bourbiers, une bonne séance de nettoyage du vélo s'imposera

La limitation à 500 du nombre d'inscrits s'accompagne de l'absence d'embouteillage, on peut rouler à son rythme sur des chemins pratiquement libres Au chapitre des petites mésaventures : un déclipsage intempestif de pédale lors d'un passage de marche en descente. Pas trop de bobo, mais ça surprend très désagréablement

Je rejoins Cernay vers 13h10, François beaucoup plus rapide a déjà eu le temps de se restaurer, de laver le vélo, de plier bagage et de partir. Pas de nouvelles de Luc, mais je crois qu'il a bifurqué vers le 42 km (?)

Au final, je termine avec 62 km et 1485 m de D+ à la moyenne de 13.3 km/h. Décoiffant, non ? A comparer aux 44 km/h de MONSIEUR Cancellara que je regarderai triompher dans Paris Roubaix l'après midi en "comatant" sur le canapé. C'est fou ce que ça repose de regarder les autres pédaler…

Les organisateurs ont su exploiter au mieux les ressources de cette belle région tout en composant avec les diktats de l'ONF et du PNR pour nous concocter un magnifique parcours riche en "singletracks" ludiques, descentes techniques et montées physiques. Cette Cernaysienne marque la reprise des "Grandes randos" de printemps, elle constitue une bonne préparation pour la Jean Racine qui se déroulera dimanche prochain sur le même terrain de jeu.

Marc

 
 
12 Mai 2013

La Garennoise

Nous sommes deux, Etienne et moi, au départ de la "Garennoise". Après inscription et examen de la carte des différents parcours, nous nous engageons sur le 50 km. Cette année le lieu de départ a été déplacé vers le port de plaisance d'Ilon, ce qui permet de bénéficier d'une mise en jambe en terrain plat autour d'un plan d'eau avant de s'élever vers le village de St Martin la Garenne et de retrouver le circuit classique, qui cette année tourne dans le sens horaire. Portions roulantes, parties techniques, singletracks sinueux et ludiques, montées sévères, se succèdent dans une région que l'on retrouve chaque année avec le même plaisir. Bien que le choix du 50 km nous prive du passage par le single des crêtes vers La Roche Guyon, nous apprécierons quelques beaux panoramas sur la vallée de la Seine

Chose rare cette année, la météo est favorable, le terrain est sec, le soleil est à peine caché par quelques cumulus humilis (le meilleur modèle de chez cumulus), seul le vent d'ouest rafraîchit l'atmosphère mais, dans les bois, on l'oublie bien vite. Si l'on ajoute une excellente organisation, un balisage quasiment sans faute, deux ravitos bien fournis et la bonne humeur des bénévoles, le bilan est largement positif

Des petits tracas mécaniques (*) m'ayant quelque peu retardé, je rejoins l'arrivée alors qu'Etienne a eu le temps de finir son sandwich et commence à plier bagages. Pour les statistiques : distance = 54,8 km et D+ = 1017 m suivant la police et 1100 m suivant les organisateurs.

Marc

(*) Au chapitre mécanique, j'étrenne ma transmission 2x9 V. Le pédalier triple, dont le 44 dents s'avère peu utile en vrai vtt, a laissé la place à un double 38-24. Scénario classique, le réglage qui semble correct sur le pied d'atelier ou sur un bref essai derrière la maison, réserve quelques déboires dès que le terrain devient plus exigeant. Je dois me battre contre les sauts de chaîne à répétition avec la célèbre figure de la chaîne coincée entre cassette et rayons et ce, évidemment, dans les passages délicats. Je tente bien d'improviser quelques réglages, mais dans le feu de l'action, les conditions ne sont pas propices à une réflexion claire

Ce n'est qu'une fois rentré à la maison que je découvrirai la perfidie des inscriptions gravées sur mon dérailleur arrière Sram. A coté des vis de réglages de butée, je lis L et H ; rassemblant toutes mes connaissances dans la langue de Bradley Wiggins, je traduis par L=low=butée basse et H=high=butée haute, et bien non, c'est exactement l'inverse ! Va comprendre Donc : toujours s'en tenir au vieil adage : vis de gauche=butée de gauche, vis de droite=butée de droite.

Note de notre spécialiste es dérailleur (Gérard Faisant). Pour les dérailleurs (avant ou arrière), L ou H font référence au développement (L pour petit développement, H pour grand développement)

Donc à l'arrière, L correspond à la butée du grand pignon (petit développement), H correspond à la butée du petit pignon (grand développement

A l'avant, L correspond à la butée du petit plateau (petit développement) et H correspond à la butée du grand plateau (grand développement)

Note du béotien de service. A noter que tous les dérailleurs ne portent pas la mention L ou H.

 
 
26 Mai 2013

La Faut Pas Mollir

Petit compte rendu de la Faut pas Mollir

Nous sommes finalement 4 au départ, 2 du club, Arnault et moi, je suis accompagné d'Aymeric, un collègue du bureau. Et Arnault retrouve également un collègue, Alexandre. Nous nous engageons sur le 50 km. Il fait relativement frais, presque froid. Et nous sommes en tenue quasi hivernale. Le parcours tourne dans le sens des aiguilles d'une montre

Comme il est de tradition sur cette randonnée, nous alternons passages en forêt et en plaine, larges chemins forestiers et quelques singles tracks, belles descentes et donc belles montées, surtout dans le dernier quart du parcours où l'organisation nous fait enchaîner montées et descentes sur le toboggan de Pontchartrain et Neauphle. Balisage très efficace, mais qui ne nous empêche pas de nous tromper à 2 reprises. Faute d'inattention la première fois et flèche malencontreusement inversée pour la seconde. On repère assez facilement ces erreurs sur la carte (juste après Élancourt, et juste avant Jouars Ponchartrin)

Un ravito sur le parcours, très bien positionné à mi parcours. Finalement, et malgré nos craintes, le terrain est plus que praticable, à part 2 ou 3 bourbiers. Cela se traduira par une moyenne d'environ 16 km/h. Au total 188 participants, soit en dessous des éditions précédentes, les organisateurs avaient plutôt tablé sur 250 participants. Sans doute la faute à cette ..... de météo, comme dirait Marc. Côté stat, 48 km avec un D+ d'environ 950 m (un peu plus que les 880 m annoncés)

Etienne

 
 
02 juin

La Magny Futé

 
Petit compte-rendu de la Magny Futé

Que dire de cette rando... Je me suis finalement élancé sur le 40 km pour pouvoir rentrer tôt à Noisy. Je retrouve un parcours varié, bonne alternance de passages en forêt, en plaine, et parfois aussi, il faut le dire sur la route. Mais par contre, le parcours est truffé de problèmes de balisage. Dans certains cas, débalisage sauvage, ce qui me fera me retrouver sur le parcours du 60 km alors que j'avais bien suivi le fléchage du 40 km... et je ne suis pas le seul, puisque cette erreur fait que plusieurs VTisites vont rejoindre le ravito du 60 km, à la grande surprise des bénévoles sur place. Et dans d'autres cas, du fait d'un balisage très approximatif et qui demande une vigilance et une concentration extrême. Sur une portion de 5 ou 6 km, et du fait de ces erreurs, j'ai doublé le même VTTIste 3 fois. Ces problèmes de balisage sont une critique que tous les participants partagent. Hormis cela, le beau temps enfin revenu permet de rouler enfin sous le soleil ! Mais n'empêche pas les passages dans des zones de boue assez fréquents. Sur la fin du parcours, il faudra rouler au moins 2 km dans une boue collante. Côté statistiques. Le 40 km fait finalement 46 km (avec au moins 2 à 3 km relatifs aux erreurs de parcours). Et 1044m de D+ (là aussi, sans doute 50 à 60 m de D+ en trop). Et une moyenne de 15,.8 km/h.

 

Etienne

 
 
16 juin

La Jovacienne

Comme il est de tradition à la Jovacienne, il fait beau ! Un peu frais au départ, mais très vite les températures remontent, le tout bien aidé par quelques petits raidillons qui font vite monter les guibolles en température... Le parcours de 55 km est sensiblement identique à celui des autres années. Mais toujours aussi varié. Avec le peu de sorties que nous avons fait cet automne, cet hiver et ce printemps, il est fort sympathique de retrouver les chemins que nous aurions dû emprunter de maintes fois. 3 ravitos agrémentent le parcours du 55 km. Avec toujours un très bon accueil. Le dernier ravito, à Vélizy, nous permet de retrouver les jeunes du club et leurs accompagnateurs. C'est le ravito commun aux 3 parcours (20, 45, 55). Nous sommes 2 du VCBN au départ, David et moi. Je suis accompagné d'Aymeric, collègue de bureau, de Jens, mon ami danois, lui-même est accompagné d'un ami. Bref, nous prenons le départ à 5. Mais finalement assez vite, le groupe s'éparpille le long des premiers km. Aymeric, David et moi nous retrouverons lors du premier ravito et nous ferons route quasi commune jusqu'à la fin. Sauf Aymeric qui rate une bifurc et qui de toute façon devait rentrer un peu plus tôt. Jens rentre plus tôt que prévu, et son ami continue à son rythme sur le 55 km. Aymeric nous impressionne avec son rythme et sa capacité à monter du gros dénivelé tout en restant sur le plateau intermédiaire, chapeau ! David réalise que faire de la route, c'est bien, mais le rythme VTT est quand même bien différent car moins régulier. A part une crevaison sur mon pneu arrière, sans doute due à un coup de frein dans une descente sur des morceaux de verre, pour tenter de prendre une bifurc pas trop bien annoncée, nous n'avons pas à déplorer de casse mécanique. Par contre durant le changement de chambre à air, David et moi subissons une attaque de moustiques très virulents ! Le parcours est très agréable avec quand même quelques passages de boue, notamment sur les hauteurs des étangs de la Minière. Du fait de notre départ très matinal, le parcours n'est pas trop encombré, surtout pour une une rando qui aura réuni quasiment 1000 personnes. Un succès !

Pour les stats: 54.3km en 3h29, soit une moyenne de 15.6 km/h. Une vitesse max de 49.5km/h (sans doute dans la descente qui fût fatale à ma chambre à air arrière....) Et tout juste 1 000 mètres de D+ Voici la carte du parcours:

Etienne

 
 
23 juin

L'Epône Tour


l'Épône Tour. Nous sommes deux au départ, Aymeric (un collègue d'Etienne) et moi. Nous partons gaiement (pour Aymeric) et inconsciemment (pour moi) sur le 75 km et ses 1.400 m de D+. Le terrain est gras, voire même très gras. Le parcours alterne les single, les grands chemins forestiers et les traversées de champs (un peu trop à mon goût). Je retrouve certaines portions de la Guervilloise dans le même état où je les avais laissées en 2011...car je n'ai pas eu la chance de participer l'édition sèche de 2012. Aymeric étant potentiellement un nouvel adhérent, je le laisse me doubler dans chaque montée pour lui montrer combien nous sommes bien élevés au VCBN. Et comme il est bien élevé lui aussi il m'attend quand le terrain est moins pentu. Après une vingtaine de km nous constatons une épidémie de crevaisons sur une portion dans des sous-bois, épidémie à laquelle ma chambre à air avant va succomber. Les km s'enchaînent et Aymeric m'attend de plus en longtemps en haut des côtes, je lui propose donc de partir devant en comptant sur mon 2ème souffle pour le rattraper, mais ce 2ème souffle ne viendra jamais... 

Au bout de 50 km, après une erreur de ma part ou un problème de balisage, je me suis trouvé dans le sens inverse du parcours du 30 km. Après avoir fait demi-tour je suis tombé sur ce que j'ai pris pour un ravito mais qui était en fait une tente montée pour l'occasion d'une fête de famille. Devant mon désarroi un convive m'a gentiment indiqué le chemin pour rejoindre Épône par la route... J'ai donc fini la rando par 10 km sur la N13 avec vent de face et une petite averse pour m'achever. Je suis passé devant le McDo du coin et j'ai failli m'arrêter tellement j'avais faim. Après tout McDo nous invite à venir comme nous sommes... mais bon j'ai préféré ne pas tester les limites de l'hospitalité de Ronald vu l'état de mes jambes et de mes chaussures. J'ai finalement rejoint l'arrivée avec 60 km au compteur et j'ai retrouvé au lavage des vélos un Aymeric content d'en avoir fini (car il a fait les 75 km lui!) Bonne nouvelle pour les uns (ils se reconnaîtront), mauvaise nouvelle pour les autres (ils se reconnaîtront aussi), nous avons un 2ème Marc Heerdt dans le groupe ! Je suis absent ces prochaines semaines, je vous donne donc rendez-vous à la rentrée pour la prochaine sortie.

Arnault

 
 
1 septembre

Les Randobolitaines

Un rapide petit CR de ces Randobolitaines en attendant la vidéo. Nous sommes trois : Arnault, Seb et moi ce dimanche au centre commercial des Clairières sous un beau mais frais soleil de fin d'été. Après les traditionnelles formalités d'inscription, nous entamons le parcours de 70 km. Les circuits ont été entièrement renouvelés par rapport à la version 2012, ils explorent de nouveaux secteurs ; un bon point pour le club organisateur. Dans un premier temps nous progressons vers Épernon en suivant la Drouette selon un itinéraire relativement plat et roulant, puis, les choses se corsent sur la boucle spécifique des 70 et 80 km où sont concentrés les passages technico-physico-ludiques avec singletracks, montées d'enfer et descentes de la mort qui tue. La portion finale, commune aux autres circuits, retrouve le caractère soft du début, hormis une bosse bien pentue à la montée comme à la descente. Seules quelques longues traversées de champs contre le vent consommeront nos dernières réserves d'énergie. Ce 70 km était agrémenté de trois ravitos bien fournis, avec, en plus du traditionnel assortiment sucré : rillettes, saucisson et chips pour les n°2 et 3 et même rosé pour le n°3 servi par un staff de charme exclusivement féminin . Nous avons fréquemment roulé en compagnie d'un groupe de sympathiques vététistes du club de Frépillon qui nous ont lâchés à la faveur de la crevaison de Seb et que nous avons doublés lorsque le même incident leur est arrivé. Au bilan : une bonne remise en jambe de 75 km pour cette belle escapade qui inaugure la série des randonnées d'arrière saison. Espérons que, cette année, la météo daignera nous octroyer le même caractère radieux que ce jour

Marc

Les données des l'électronique embarquée :

Carapatomètre : distance = 74,6 km ;

Moyenne =17,6 km/h

Pendule à coucou : temps roulé : 4h13 mn

Grimpomètre : D+ = 917 m

Escaladomètre : pente max à la montée +36 % (pas forcément sur le vélo...)

Dégringolomètre : pente min à la descente -24%

   
29 septembre

Les Virades de l'Espoir

Quand même deux VTTistes au départ de la Rando hier matin : Arnaud et Luc. Au départ temps (presque) sec et c'est avec plaisir que nous abordons le parcours avec un terrain très praticable (si si !). Au bout de 20 km environ je laisse partir Arnaud sur une boucle du 70 km alors que je reste sagement sur le 46 km. C'est un peu après le premier ravitaillement que les choses se sont gâtées... J'ai pu une nouvelle fois confirmer que malgré le ciré on est aussi mouillé dedans que dehors. Après de nombreux seaux d'eau et une heure plus tard la pluie a enfin cessé mais à laissé place à un terrain devenu très boueux (étonnant non ?). Bon restait juste à finir le parcours ce qui fut fait à midi avec 48 km au compteur. Pas de nouvelle d'Arnaud.
   
13 octobre

Choisel

Nous sommes cinq ce dimanche à Choisel : Arnault, Etienne, Luc, Pierre et moi.

Comme à la grande époque les inscriptions se font dans l’ancienne mairie, le lieu est exigu, la foule est dense mais tout se passe dans la bonne humeur et avec le sourire et l’efficacité des bénévoles

La température frôlant les 2° ,une fois les formalités réglées, on ne s'éternise pas .

 Le parcours est classique : montée initiale dans le parc et lever de soleil sur le château de Breteuil, magnifique, bois de Méridon, son château et ses singles, montée vers le château de La Madeleine, single des 17 tournants, montée vers la « maison de fer », Vaux de Cernay et longue montée finale depuis les guinguettes que nous corsons d'une petite variante perso : le raidard qui mène à la ferme de Malvoisine.

A la 1 ère bifurcation Etienne, Luc et Pierre poursuivent sur le 50 km tandis qu’Arnault et moi nous engageons sur le 60, la boucle supplémentaire nous apporte deux belles montées mais au prix d’un long passage boueux en bordure de champs sans rallonger des 10 km annoncés, visiblement l’ONF et le parc régional ont encore frappé 

Cela se confirme dans les Vaux où nous évoluons la plupart du temps sur de larges allées forestières.

De retour à Choisel  après un périple de 58 km (et 1035 m de D+), pour 60 annoncés, nous retrouvons Luc et Etienne qui totalisent 52 km pour 50 annoncés 

Si on aurait aimé trouver un peu plus de passages ludiques ou techniques, le bilan reste largement positif, la vallée de Chevreuse, qui plus est sous ce beau soleil d'automne, reste un site magnifique, balisage, ravitos, organisation au top. Et pour couronner le tout : un hot dog à l'arrivée.
   
20 octobre
Rando des 2 forêts
Beynes
2 VTTistes courageux, le preuve :
Et d'un!

Bonjour le lavage!
Et de deux!
Ce sera une douche à 2

Les conditions de roulages, elles, furent vite et longtemps dantesque... mais n'allons pas trop vite...

Un peu avant la sonnerie du réveil, c'est un bruit de ruissellement qui me réveille... ma tête me dis de rester au lit les jambes d'y aller. Check de mes mails/sms tout le monde ayant dit présent sera-t-il là?...

Arrivé un poil en retard... garé un peu en retrait on commence par un chemin boueux déjà bien glissant pour se rendre aux inscriptions...

Coup de bol je croise Anne-Sophie avant qu'elle ne s'élance. nous ferons donc le 45km à deux c'est plus sympa.

Nous emprunterons durant une grande partie (beaucoup trop grande) du parcours des chemin agricoles. Dès la première descente en direction de Thiverval  nos montures prennent quelques kilogrammes... nombreux sont les Vététistes à l'arrêt à cause des chaines bloquées...

Direction Crespières en passant par son joli chemin en balcon... nous nous dirigerons ensuite vers la Maladrerie de Beynes avant de rejoindre le camp de Frileuse dont nous ferons le tour (c'est assez sympa comme initiative, même si l'on ne voit pas grand chose et que les chemins n'ont rien d'extraordinaire) enfin nous prenons la direction de la forêt de Beynes, quelques singles enfin !!! puis retour par Villiers-Saint Fredéric / Saint Germain de la Grange (/ Plaisir?)

au final:
 - 45km à une moyenne ridicule de 13,8 km/h (en comparant à une rando des 2 forêts d'il y a quelques années plus technique et sur sol gelé à plus de 18 km/h... Marc H s'en souvient-il?)

- Anne-Sophie qui m'attendait patiemment après presque chaque montée... (sauf une car un joli toboggan juste avant où il fallait un peu oser)

-Trop de grands chemins

- De trop rares "single"

- Des vélos plus que sales (et les pilotes pas mieux)

- Une queue monstre au lavage (avec les pinailleurs qui mettent  au moins 10 min pour rendre leur vélo tellement propre qu'on se demande s'ils ne l'exposent pas au milieu du salon...)

Marc D.

   
27 octobre
Sortie Solo

Réveil avec un bruit de pluie.. Soit, en groupe ce sera plus sympa... petit coup d'oeil sur les radars de précipitation... ce sera court, et l'on sera déjà chaud.... OK! C'est parti....

A la mairie il y a qques courageux... super !

La pluie arrivant, les courageux ne sont plus si hardis...

Un quart d'heure passe avant que je me décide à partir... seul...

La pluie est dure, elle pique les joues ; sur la route de Rennemoulin je monte le rythme pour me réchauffer, et décide de raccourcir d'un paquet de kilomètres le parcours prévu...  directement de Villepreux à Chavenay puis le temps revenant au beau, je poursuis par Thiverval, Crespières, les Flambertins pour un retour en forêt

En forêt la route est entièrement recouverte de feuilles... faisant un tapis légèrement spongieux... quelques branches mortes tombent au loin

En partant de Mareil Marly, j'ai fait 42 km et fini tôt.

Le temps pour moi de prendre une 2ème douche, chaude celle ci!

Marc D

8 décembre Petite ballade dominicale
22 décembre Au départ nous sommes cinq vététistes, et un cycliste.

Après le pluie de la nuit le temps est gris et venté.
Tout habillé en civil, Marc est venu nous dire bonjour ...
Nous partons en direction de plaisir, le vent en plaine calme nos ardeurs du matin....  Arrivé au croisement de la D11, deux de nos compères nous laissent pour rouler à leur rythme.
Arnaud, David et moi continuons en direction de la forêt.
Nous avons emprunté les grandes allés avant de finir par les singles de la forêt de bois d'Arcy.
La fin du parcours s'est fait par la minière et le parc du château.
Au total 42kms et 520m de D+, quelques kilos de boue et un bon bol d'air.

Beaucoup de travail de nettoyage, vive le nettoyeur haute pression!